Aller à la navigation  |  Aller au contenu

Revue Miriadi

1 | 2019

Marie-Noëlle Antoine

Intercompréhension au-delà des frontières

Éditorial

Présentation de la revue: son esprit, ses objectifs

Lo spirito della rivista

1Il était une fois l’espace Miriadi…

2La simple prononciation et sonorité de ce mot Miriadi nous transporte vers des myriades de constellations ou d’étoiles linguistiques… Miriadi : un espace de Mutualisation et d’Innovation pour un Réseau de l'Intercompréhension à Distance, une étendue qui nous dépasse par son amplitude, son ouverture et son énergie.

3Il était une fois l’espace Miriadi… Il est aujourd’hui la revue Miriadi...

4Une boîte à outils de l’intercompréhension, de l'empathie et de la créativité. Une passerelle lancée pour cheminer en toute confiance sur les espaces interlinguistiques, interculturels et interdisciplinaires.

5Questa rivista è il frutto del lavoro di un’équipe che collabora da numerosissimi anni. Elle est également le fruit de plusieurs années d’efforts et particulièrement celui du Colloque Intercompréhension (IC) 2019. Le sceau de cette revue est bien celui d’un travail collaboratif, sans frontières et sans murs mais toutes, tous et ensemble, grâce à nos différences. Portare l’IC è una missione… Condividere le ricerche è fondamentale.

Gli obiettivi: perché una rivista sull’intercomprensione?

6In una società come la nostra, sempre più caratterizzata dalla superdiversità culturale e linguistica (Blommaert, 2013; Vertovec, 2007), le pratiche plurilingui diventano attività ricorrenti, grazie in particolare alle tecnologie informatiche che, anche a causa delle crisi sanitarie, prendono un’importanza sempre maggiore e permettono connessioni, interazioni e scambi tra persone di lingue, culture e nazionalità differenti. Così, se l’Europa è formata sulla traduzione, il sogno che condividiamo appieno, era quello di un continente i cui cittadini potessero comprendersi parlando ognuno la propria lingua. Questo sogno sembra a tratti avverarsi, in contesti sempre più ampi, che coinvolgono le diverse famiglie di lingue, le romanze, le germaniche, le slave.

Cos’è per noi l’intercomprensione oggi ?

7L’intercompréhension a toujours existé, sous forme de pratique naturelle. Aujourd’hui, c’est encore une forme de communication plurilingue où chacun comprend les langues des autres et s’exprime dans la ou les langue(s) qu’il maîtrise, mettant en avant ainsi, une égalité dans le dialogue. Cette pratique étoffe la connaissance des langues dans lesquelles nous avons des compétences de réception et non de production. En ce sens, l’intercompréhension établit une harmonie entre locuteurs de deux langues d’une même famille. Cependant, le réseau Miriadi a ouvert un nouveau challenge : celui de l’intercompréhension à l’intérieur d’autres familles linguistiques. C’est pourquoi, dans ce premier numéro de la revue Miriadi, les articles accueillent à la fois les langues romanes mais également celles d’autres aires linguistiques: langues slaves, germaniques et autochtones d’Amérique latine.

Articles accueillis dans la Revue Miriadi N°1:

8La recherche de Grégoire Labbé et son texte Aborder les langues slaves par l’intercompréhension nous amènent vers un territoire peu fréquenté par les chercheurs travaillant sur l’IC, à savoir l’Europe centrale. Un cours d’intercompréhension entre cinq langues slaves a été proposé à des étudiants francophones, au premier semestre de chaque année universitaire, cela depuis octobre 2016. Son objectif est de faire acquérir une mini compétence en lecture entre le polonais, le tchèque, le slovaque, le slovène et le croate.

9Avec Teurra Fernandez Vailatti et Francisco Javier Calvo Del Olmo et leur article,
A intercompreensão no ensino-aprendizado do português como língua de acolhimento: elaboração, aplicação e avaliação de material didático no contexto do PBMIH/UFPR, nous nous transportons dans un contexte d’accueil migratoire, auprès de 15 apprenants haitiens et syriens qui reçoivent des cours gratuits de portugais brésilien. Le modèle de séquence didactique élaboré peut servir d’inspiration à d’autres projets d’inclusion migratoire, à travers la pédagogie de l'intercompréhension.

10Dans le texte, Risorse metacognitive per la comprensione di lingue sconosciute. Osservazioni da un’esposizione esolingue “estrema”, Cecilia Andorno, Daniela Dutto et Silvia Sordella nous présentent des ateliers de sensibilisation aux langues dans des classes primaires d'italien et nous démontrent l’incidence directe de ceux-ci sur une éducation plurilingue non seulement dans les compétences de communication, mais aussi au niveau métalinguistique.

11Érica Sarsur-Camara et Christian Degache démontrent dans leur article, Despertar para as línguas e futebol: gatilhos da curiosidade linguística e cultural, combien l’éveil aux langues et le football sont de puissants outils pour ouvrir l’appétit linguistique à des apprenants de 11-12 ans, d’un établissement public de Belo Horizonte, au Brésil. À travers le projet Lire le monde, les apprenants non seulement s’initient à d'autres langues, mais en font également un projet linguistique pour leur avenir tant professionnel que personnel.

12Luisa Bavieri avec, Applying new CEFR descriptors to intercultural language learning activities and assessment : the piloting results, nous partage les résultats de sa recherche sur les nouveaux descripteurs de CEFR, appliquée dans le cadre d’un cours d’italien langue seconde au Centre Linguistique de l’Université de Bologne. Les résultats exposent un point d’équibre entre une compréhension plus fine du concept interculturel et un resserement de sa nature figée.

13Dans son étude Trasformare il bilinguismo in pluricomprensione. L’Intercomprensione all’interno del Programma MINERVE di Lyon 2, Laura Nieddu met en relief toutes les difficultés à faire entrer l’IC comme matière obligatoire, dans un curriculum de formation de 1ère année. Cependant, la singularité et la richesse de classes bilingues français/italien, français/espagnol ou français/allemand représentent un défi pédagogique et interculturel intéressant pour les enseignants, devant transformer les différences internes en ponts et pas en obstacles.

14Dans son article, Les dynamiques sociales et linguistiques dans l’espace francophone:l’intercompréhension en tant que moyen d’intégration, João Morais met en exergue, combien l’accueil des migrants représente un défi linguistique, culturel et social dans le monde des francophonies. Sur la scène mondiale, la langue française a donc, à notre époque, une opportunité unique de s’exporter, en pariant sur l’interlinguisme et l’intercompréhension. Un seul mot d’ordre en ce sens: vivre l’art de l’adaptation.

15Krastanka Bozhinova nous présente une étude concernant Les langues slaves et l’anglais langues d’appui dans l’apprentissage du français L3. Son projet s’inspire des expériences Galanet et Cultura, il met en avant la production écrite et la compétence interculturelle chez des apprenants de générations distinctes.

16Nos vamos luego a América latina con Francisco Javier Calvo del Olmo et Fernanda Felix Ñaneñe’ê. Su texto Despertar para as línguas autóctones da América Latina pone de relieve un tejido experiencial entre lenguas romances como portugués y español con el guaraní, lengua nativa, dentro de un grupo de estudiantes indígenas y no indígenas de la escuela primaria y profesores hispanohablantes, lusófonos y francófonos. Los encuentros se hicieron en la plataforma virtual Galanet.

17Paolo Nitti grâce à son texte, Partirei da una parola come ‘pizza’, tutti la conoscono!”. Un’indagine sulle strategie per l’insegnamento dell’italiano L2, caratterizzate dall’intercomprensione, présente une recherche sur les pratiques pédagogiques d’enseignants. Pour mener à bien cette tâche, elle utilise l’évaluation d’un corpus de manuels et les réponses des enseignants à un questionnaire.

18Edicto Garay Oyarzo et Monica Davila Lozano, à travers leur texte, Hacia la integración de la intercomprensión en una escuela de ingenieros : el resultado de una colaboración interdisciplinaria, nous font part d’une expérience d'introduction de l’intercompréhension à l’INSA, une école d’ingénieurs, à Lyon. La méthodologie utilisée de l’intercompréhension entre langues romanes fournit aux futurs ingénieurs des ressources linguistiques et tisse, à la fois, une interdisciplinarité avec les sciences et l’ingénierie. Nous sommes bien là, en présence de voies/voix pour réenchanter le monde. Sanchez Albarracin, E. (2015).

19Richard Brunel Matias avec Interrom: para além da intercomprensão, met une emphase à la finalité de former, grâce à la méthodologie d’Interrom, des citoyens ayant une habileté à se mouvoir dans des sociétés multilingues, grâce au déploiement d’une compétence à l’altérité.

20L’intercompréhension est dans son essence éthique, écologique et inclusive, en ce sens, elle va au-delà d’une simple didactique purement linguistique, c’est ce que Hugues Sheeren met en avant dans son article L’intercompréhension au service de la diversité. Pour une approche éthique, écologique et inclusive de l’enseignement des langues. Il nous invite de cette façon, à envisager l’intercompréhension comme une pédagogie de la tolérance.

21L'intercompréhension, l’interculturel et l’interdisciplinarité représentent une gamme d’outils avec lesquels la caravane Miriadi ouvre des chemins en confiance pour parvenir, à la fin de la traversée, à un oasis. Tout comme dans un désert, la revue Miriadi est le lieu de rencontre des caravanes et des voyageurs solitaires qui arrivent des quatre coins du monde, emplis de rêves et de trésors: leurs langues et leurs cultures. Comme l’écrivait Antoine de Saint-Exupéry: Ce qui embellit le désert c'est qu'il cache un puits quelque part… Ce qui embellit notre rêve, c’est que la revue Miriadi s’est dévoilée, existe et prend son envol.